Parlons Forme : Tout pour se sentir bien


Etre en forme, perdre du poids, se sentir bien dans son corps, avoir de l’énergie, être motivé… Tous ces points sont abordés dans le podcast santé Parlons Forme !

Après avoir travaillé pendant 10 ans en tant que salarié, Xavier Jarelan, l’animateur de ce podcast, a décidé de se mettre à son compte. Cette décision lui a permis de reprendre le contrôle de sa vie et de mettre en priorité son bien-être physique et mental. A travers Parlons Forme, l’objectif de l’entrepreneur de 35 ans est de donner la parole à des personnes et des idées que nous voyons trop peu souvent dans les médias. Ainsi vous retrouverez chaque semaine dans son podcast, une interview avec un expert dans un domaine précis. Vous en saurez plus sur le parcours de l’expert, et pourrez en retirer des conseils pratiques pour vous aussi évoluer vers une vie où l’enthousiasme et l’épanouissement prennent le pas sur la routine du quotidien ! Une belle promesse, non ? 
87 épisodes sont actuellement recensés sur le podcast. Les thématiques majoritairement abordées sont celles de la santé, de la nutrition, de la perte de poids ainsi que la musculation et le développement personnel. 

Traiter l’acné à tout âge avec Lothaire Benichou

Dans l'épisode 26, on rencontre Lothaire Benichou, pharmacien qui a longtemps souffert d’acné sévère. Dans cet épisode, Xavier retrace le parcours du scientifique aujourd’hui âgé de 28 ans qui accompagne désormais ses clients vers la guérison de leur peau. Grâce à Skin Campus, l’entreprise qu’il a crée suite au constat que les traitements actuels sont inefficaces et présentent de nombreux effets secondaires, Lothaire souhaite proposer le « meilleur service de santé au monde pour se débarrasser de l’acné définitivement, de la manière la plus seine et naturelle possible et par la même occasion, prévenir les maladies, les pathologies chroniques et inflammatoires. » 

Roaccutane, le médicament à l’origine de l’investigation 

Après une rechute d’acné malgré la prise d’isotrétinoïne, principe actif du médicament mieux connu sous le nom de Roaccutane, le pharmacien a réussi à se guérir de lui-même. A 17 ans, il savait que même en prenant ce traitement, il n’aurait pas compris d’où venait son mal, ce qui le laisserait dans une certaine frustration. En proposant ses services à plusieurs personnes et constatant 100 % de résultats chez chacun de ses patients, il a pu définir et proposer une méthode adaptée à chaque individu afin de restaurer l’équilibre de leur peau. 
Il rappelle ici les différentes classes d’acné, en termes de spécificités et de lésions (papules, microkystes, points noirs) ainsi que la difficulté de s’en débarrasser. L’acné peut être considérée comme un panel avec différentes causes : il y a toujours un petit pourcentage de chaque composantes (hormones, stress, alimentation…) qui font que l’acné est présente. 

Aucun d’entre nous n’est égal face à cette pathologie et l’impact psychologique peut être très important. Certains de ses coachés lui confient alors n’être pas à l’aise avec leur compagnon/compagne : « Une fois qu’on est rentré dans ce complexe, on ne peut plus l’accepter. On a l’impression de ne pas être prise au sérieux, de faire enfant. » relate l’une de ses clientes. 

Xavier aborde un point important au cours de cette entrevue : la croyance du lien corps-esprit. Pour le docteur Benichou, nous allons avoir un comportement en accord avec nos croyances. La psychologie va ainsi entretenir l’acné de manière indirecte car on ne se focalise plus sur la solution mais sur les faits. A l’inverse, d’autres personnes qui comprennent ce lien et sont déterminées, s’en sortent en quelques semaines ou mois et n’ont plus de boutons.

Top 3 des mauvais conseils et des choses à éviter :

Numéro 1 : « Arrêter d’écouter des personnes qui, soit n’ont jamais eu d’acné, soit n’ont jamais aidé ces personnes. »
Il y a un nombre immense de personnes qui donnent leur avis, notamment via Internet. Ainsi, nous pouvons trouver sur des forums des témoignages de « crèmes miracles » qui auraient marché instantanément, mais sans retour sur l’après. 

Numéro 2 (et l’un des plus importants) : l’idée qu’il faut frotter, irriter sa peau pour s’en débarrasser.
Propionibacterium acnes, bactérie Gram +, a eu son rôle mis en évidence dans le processus inflammatoire, au cours des années 50 car on s’est rendu compte que cette dernière était présente en plus grande quantité chez les patients atteints d’acné. Lothaire insiste sur le fait que la prolifération bactérienne intervient en dernier dans ce processus : « Les ATB ne fonctionnent plus, donc le processus n’est pas uniquement infectieux. »
Par ailleurs, les thérapeutiques actuelles sont très fortes avec de l’acide salicylique, du peroxyde de benzoyle (adapalène) ou encore de la différine qui vont irriter la peau au lieu de la rééquilibrer. Le pire est donc d’avoir une peau irritée et de continuer à l’aggraver. En prenant ce type de traitement, les lésions et d’autres types de boutons vont apparaître et ce n’est pas un processus normal.  

En arrêtant les traitements, les boutons reviennent ensuite. Le pharmacien respecte malgré tout l’industrie pharmaceutique car elle souhaite aider, mais son modèle économique est de vendre des produits. « Les recherches ne sont jamais réellement poussées pour comprendre ce qui se passe dans le corps, mais pour connaître juste assez un produit que l’on va commercialiser ». Il y a donc une ambivalence pour l’industrie, qui apporte une solution ponctuelle, mais qui perdrait des clients, si elle soignait véritablement la cause.
Numéro 3 : le maquillage génère des poussées. Ce n’est pas le facteur numéro 1. Bon nombre de ces clientes peuvent continuer de se maquiller car il sert uniquement à masquer l’acné déjà présente. Avec une alimentation appropriée et un bon nettoyage, cela ne pose aucun problème.

Des pistes de réflexions, pour en finir avec ce « mal du siècle »

Très vite, un besoin de comprendre ce qui se passe de la manière la plus saine possible, plutôt que de prendre une pilule pour masquer les symptômes, s’est fait ressentir. Avec Skin Campus, il développe un modèle parallèle, sans rien diaboliser, pour proposer quelque chose de différent et offrir un service pour s’occuper au mieux des patients. 
Limiter leur apparition ou s’en débarrasser complètement ?
Beaucoup de personnes ont la croyance qu’on ne peut pas s’en débarrasser complètement. De nos jours, l’alimentation est basée sur des croyances. « Il y a des personnes qui mangent super sain mais qui continuent d’entretenir leur acné. » Arrêter le gluten ou le lactose ne suffit pas toujours. Néanmoins, le pharmacien a pu remarquer que tous ces clients ont la même sensibilité alimentaire. Il faut donc raisonner à partir de résultats non à partir de croyances. 
Agir sur les différentes causes : l’alimentation, les émotions et l’infection grâce à Skin Campus
Son programme se déroule sur 8 à 12 semaines où l’équipe travaille sur ces grands axes. Chaque semaine, chaque cause est étudiée de manière individuelle afin d’obtenir des résultats concrets et efficaces le plus rapidement possible. 

Vos pensées créent votre réalité

Dans l'épisode 45, Laurent nous partage ses réflexions sur notre psyché. Prendre à 100%notre responsabilité est un point fondamental afin de comprendre comment nous réagissons, pour obtenir de nouveaux résultats. 
Ainsi, nous comprenons que nos pensées sont à la base de tout ce que l’on fait et ce que l’on ne fait pas. Prendre du recul pour chercher la raison est donc indispensable pour évoluer et ne plus subir. 
Il centre son propos sur celui de Brooke Castillo, coach en développement personnel qui a créé « le modèle », un processus en 5 étapes, qui repose sur :1. Les circonstances ou les évènements : toute situation est définie par les circonstances de ces événements. Néanmoins, ces circonstances sont neutres : « peu importe la circonstance, c’est la façon dont nous allons agir qui va définir le résultat. » Autre élément que nous ne pouvons pas contrôler : les personnes. Puis, notre passé est la troisième forme de circonstance car c’est uniquement notre façon d’y réagir qui le conditionne. 2. Les pensées : c’est ici que l’on peut agir. Ces pensées sont une ou plusieurs phrases que l’on a, le plus souvent de façon automatique et qui vont définir nos circonstances. 3. Les émotions peuvent être définies par un ou plusieurs mots qui résument comment on se sent quand on a cette pensée.4. Nos actions5. Les résultats, qui sont la somme de ce que l’on obtient ou non dans notre vie.
Grâce à cet épisode, Xavier nous montre que peu importe les circonstances, ce sont nos pensées qui vont déterminer la nature du résultat que l’on va obtenir. Quelle pensée plus positive pourrait-on avoir pour changer ces circonstances ? La pensée est-elle en accord avec le résultat final ? Il est possible d’avoir différents types de pensées par rapports aux circonstances. Se laisser du temps pour que le cerveau prenne cette nouvelle attitude de pensée, afin de changer notre monde extérieur est fondamental.

S’initier à la musculation au naturel

Dans l'épisode 23, Rudy Coia est coach sportif et fondateur de superphysique.org. Il est passionné de musculation, d’entreprenariat et de développement personnel. D’ado « trop maigre », à bodybuilder au naturel, il raconte son parcours en musculation.
Pour Rudy, aujourd’hui, énormément d’informations circulent sur la toile alors qu’avant, tout était simple. Il trouve que le niveau est de plus en plus bas, c’est la raison pour laquelle il a co-écrit le guide de la musculation naturel, avec Julien Venesson, journaliste scientifique. Très peu de personnes parlaient de dopage et au fil des années, énormément de personnes ont pris des produits dopants suite aux forums. « Lorsqu’on prend des produits dopants, tout est démultiplié avec des progrès improbables et on est plus dans la réalité. Ainsi, la moyenne d’âge des culturistes est de 46 ans. Les produits dopants sont généralement des facteurs de croissance et peuvent provoquer des cancers. » Par ailleurs, certains se sont suicidés et sont devenus fous à cause de ces substances.
Le coach insiste sur le fait que chaque personne est différente. Ses conseils sont de se fixer des objectifs en termes de performance, d’être très progressif et enfin d’être persévérant et patient, pour les résultats.