Impatiente

Impatiente est un podcast sur le cancer du sein écrit et incarné par Maëlle Sigonneau, jeune parisienne de 33 ans atteinte d’un cancer du sein métastatique, co-créé avec Mounia el Kotni, anthropologue de la santé des femmes, et produit par Nouvelles Écoutes. 

Maëlle était une grande lectrice, passionnée de livres féministes. Ce podcast est un véritable documentaire féministe qui s’adresse à toutes les femmes atteintes de cancer du sein : “elles-toutes, les impatientes, inaudibles, invisibles”. Son récit s’inscrit dans un mouvement militant, un mouvement citoyen. Maëlle a 30 ans quand elle apprend qu’elle est atteinte d’un cancer du sein métastatique, réputé incurable. En traitement continu pendant 3 ans, elle va faire petit à petit l’expérience inattendue des injonctions à la féminité comme principale urgence face à cette maladie qui tue 12 000 femmes par an en France. Face à ces injonctions, Maëlle raconte alors que perdre ses cheveux l'atteint dans son intégrité physique et non pas dans sa féminité: “une notion principalement extérieure, une image projeté par les autres sur soi. La féminité est une interaction, une relation d’influence, de séduction, une construction sociale” Alors comment se construire une féminité qui nous correspond vraiment ? Comment se réapproprier cette notion ? Qu’est-ce que signifie “se sentir femme” ? Maëlle aussi raconte les peurs et les angoisses projetés sur elle et toutes les autres femmes atteintes de cancer du sein quant à ce rapport à la féminité : “Il y a une forme de politesse à tenir dans le maintien des attributs de la féminité, au point qu'on finit par avoir l'impression que ce qu'il faut traiter, c'est presque plus la féminité que le cancer. Mais, à force de masquer la maladie, c'est toute la société qui met la tête dans le sable. Si les femmes qui ont perdu leurs cheveux se sentaient autorisées à sortir tête nue, la maladie serait plus visible. Au fur et à mesure des épisodes, on suit Maëlle lors de la pose du diagnostic, sa première IRM, son premier rdv à l'Institut Curie. Maëlle se confie, nous raconte être au début “dans un brouillard mental perpétuel”, mentionne les moments où elle ne peut pas s’arrêter de pleurer. Elle va à la rencontre d’autres patientes, d’oncologues, de chirurgiens, de psychologues mais aussi d’associations, personnalités politiques de travailleurs sociaux et de laboratoires pharmaceutiques. Ses récits de vie sont racontés et reconstitués par des comédiens. 
Le 17 août 2019, Maëlle s’est éteinte après 3 années de combat contre ce cancer. Les 4 derniers épisodes se basent donc sur ce qu’elle avait déjà écrit et validé avec Mounia, sur les échanges avec ses proches. Par ailleurs, vous entendrez aussi les voix d’autres patientes atteintes de cancers du sein venues témoigner. Notamment dans les épisodes 5 et 6 sur l’industrie de la beauté, la vie amoureuse, la vie au travail, la précarité chez certaines femmes. En effet, les femmes atteintes de cancers du sein ne sont pas toutes égales face à la préoccupation économique et beaucoup d’entre elles se trouvent en grande situation de précarité. Cette double peine qui se manifeste encore plus quand on sait qu’en moyenne l’écart du revenu salarial entre les femmes et les hommes est de 24%. Une véritable difficulté que Maëlle a dû affronter, pour rester active professionnellement avec sa maladie grave. 
Sont proposés dans ce podcast des réflexions autour des enjeux de santé publics majeurs comme les campagnes de dépistage ou l’hormonothérapie. Ce récit résonne d’autant plus avec l'actualité car face à l’épidémie du coronavirus, les patients atteints de cancers doivent en outre faire face aux reports d’opérations, et parfois de chimiothérapies et de radiothérapies. Des diagnostics plus tardifs sont aussi à craindre. Ce podcast permet donc de prendre conscience de toutes ces problématiques, de tous ces manques, et de la grande vulnérabilité du système de santé français. Ainsi, dans le dernier épisode “La révolte gronde”, le cancer du sein est abordé comme un sujet politique, sur un terrain militant, à travers un parallèle fait avec le mouvement d’Act Up. 
Pour Lauren Bastide, cofondatrice de Nouvelles Écoutes, le travail de Maëlle Sigonneau ne sera pas vain : « Elle était amoureuse de la pensée, qu’elle voulait partager avec le plus grand nombre pour propager des idées et en laisser une trace éternelle. C’est ce qu’elle a fait avec ce podcast, où elle a vraiment fait avancer la pensée féministe, en nommant les violences oncologiques par exemple. ». Cette série d’épisodes questionne la narration stéréotypée des cancers du sein, interroge les injonctions posées sur les patientes par la société, et invite tous les citoyens à s’interroger et participer à la lutte contre cette maladie. En effet, ce podcast résonne chez tout le monde : des personnes concernés ou non par le cancer du sein, du milieu médical ou non. Il raconte une autre histoire du cancer, une histoire de lutte, de doute, de puissance et d’émancipation. Et, avec 53 000 nouveaux cas cancers du sein chaque année, ce podcast pose toutes les questions nécessaires en donnant un maximum de réponses ou de pistes de réflexion. 
Impatiente, Nouvelles Ecoutes, 8 épisodes d’environ 30 minutes.